Online Museum

History

Egypt is probably the most famous example of this history of colonial robbery. In the context of Colonisation, France and Uk in particular stole thousands of treasures from the pyramids. The Louvre and the British Museum are full of artefacts, and even of mummies, regardless of the respect we owe to the dead. For Napoleon, the campaign of Egypt was a matter of propaganda, to show he was supposedly as glorious as the ancient Paraons themselves. Today, Egypt keeps asking restitution of their artefacts, such as the bust of Nefertiti which is in Berlin.

Bust of Nefertiti, ca 1345 before JC, Neues Museum, Berlin

Onother famous example is about the Benin Bronzes. They were looted in 1897 when a punitive British military expedition moved to crush the west African kingdom, which is today part of Nigeria. Nigeria has reclaimed its legacy for decades. It seems that today, UK might consider « lending » these treasures to Nigeria. This is of course unacceptable. The robber cannot « loan » the treasures to his victim.

Restitution is not a new concept. For example, the Aksoum Obelisk was restituted to Ethiopia in 2008. This granite monument was built in the 4th century before JC, and it weighs 160 tons. During his assault to Ethiopia, the fascist leader, Benito Mussolini, took the obelisk and decided to install it in Roma, in front of the minister of Africa. After the agreements signed between Ethiopia and Italy, it was supposed to be given back in 1947. But in spite of all the claims made by the Emperor Haïle Selassié, nothing happened. The process took 60 more years before the Obelisk was actually returned.

The Obselisk of Aksoum

Official References

International

Unesco Convention on the Means of Prohibiting and Preventing the Illicit Import, Export and Transfer of Ownership of Cultural Property 1970

Article 2 

1. The States Parties to this Convention recognize that the illicit import, export and transfer of ownership of cultural property is one of the main causes of the impoverishment of the cultural heritage of the countries of origin of such property and that international co-operation constitutes one of the most efficient means of protecting each country’s cultural property against all the dangers resulting there from. 

2. To this end, the States Parties undertake to oppose such practices with the means at their disposal, and particularly by removing their causes, putting a stop to current practices, and by helping to make the necessary reparations. 

Article 3 

The import, export or transfer of ownership of cultural property effected contrary to the provisions adopted under this Convention by the States Parties thereto, shall be illicit. 

European Parliament resolution of 26 March 2019 on fundamental rights of people of African descent in Europe 

The European Parliament

  1.  Recalls that some Member States have taken steps toward meaningful and effective redress for past injustices and crimes against humanity ­- bearing in mind their lasting impacts in the present – against people of African descent;
  2. Calls for the EU institutions and the remainder of the Member States to follow this example, which may include some form of reparations such as offering public apologies and the restitution of stolen artefacts to their countries of origin;

France

Discours d’Emmanuel Macron à Ouagadougou (28 novembre 2017)

 

Mesdames et Messieurs, je terminerai par ce qui doit nous permettre ensemble d’écrire cette nouvelle relation d’amitié dans la durée au-delà des menaces, des craintes et de nos intérêts partagés. Aujourd’hui, nous sommes orphelins, nous sommes orphelins en quelque sorte d’un imaginaire commun, nous souffrons d’un imaginaire qui nous enferme dans nos conflits, parfois dans nos traumatismes, d’un imaginaire qui n’est plus le vôtre, n’est plus le nôtre, et je veux reconstruire cet imaginaire commun et d’avenir autour de trois remèdes.

Le premier remède c’est la culture, dans ce domaine, je ne peux pas accepter qu’une large part du patrimoine culturel de plusieurs pays africains soit en France. Il y a des explications historiques à cela mais il n’y a pas de justification valable, durable et inconditionnelle, le patrimoine africain ne peut pas être uniquement dans des collections privées et des musées européens. Le patrimoine africain doit être mis en valeur à Paris mais aussi à Dakar, à Lagos, à Cotonou, ce sera une de mes priorités. Je veux que d’ici cinq ans les conditions soient réunies pour des restitutions temporaires ou définitives du patrimoine africain en Afrique.

Belgique

PROPOSITION DE RÉSOLUTION concernant la restitution des restes humains et des biens culturels issus de la période coloniale

Le Parlement francophone bruxellois :

  1. a) Considérant le Jeudi de l’Hémicycle du 16 octobre 2018 organisé en collaboration avec l’asbl BamkoCRAN sur la thématique de la restitution des biens culturels africains mal acquis durant la période coloniale (« Restitution des biens culturels africains : question morale ou juridique ? »);
  2. b) Considérant, la demande d’établissement d’un rapport d’information concernant l’optimisation de la coopération entre l’autorité fédérale et les entités fédérées en matière de « biens culturels et patrimoniaux africains », pendante au Sénat de Belgique;
  3. c) Vu la Convention de l’UNESCO concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l’importation, l’exportation et le transfert de propriété illicite des biens culturels de 1970;
  4. d) Vu la Décennie pour les Personnes d’Ascendance Africaine, décrétée par l’ONU en 2015;
  5. e) Considérant les débats en cours dans plusieurs pays de l’Union Européenne, notamment en Allemagne, au Royaume-Uni ou en France, notamment à travers la remise du rapport des experts Bénédicte Savoy, historienne de l’art et membre du Collège de France, et Felwine Sarr, écrivain et économiste sénégalais, au Président français le 23 novembre 2018;
  6. f) Considérant la restitution en 2005 par l’Italie à l’Ethiopie de l’Obélisque d’Axoum pillé par Mussolini en 1937; la restitution en 2011, 2014 et 2018 par l’Allemagne à la Namibie de restes humains de victimes du génocide des tribus Herero et Nama; l’annonce du 23 novembre 2018 par M. Emmanuel Macron de la restitution de 26 œuvres d’art réclamées par le Bénin;
  7. g) Considérant que la notion de restitution peut prendre des formes diverses et créatives telles que le transfert physique, le transfert de propriété, le prêt à long terme, la copie, la numérisation, etc., et que ce travail de détermination devra être réalisé par des experts autant sur le plan juridique que de faisabilité; P

 

Demande au Gouvernement francophone bruxellois d’intervenir :

1) auprès du Gouvernement fédéral afin qu’il mette en place un groupe d’experts composé d’acteurs belges, d’acteurs d’anciens pays colonisés et d’acteurs de la diaspora africaine présente en Belgique. Ce groupe d’experts aura pour mission : – de définir et circonscrire la notion de « biens mal acquis » durant la période coloniale; – de faire l’inventaire des objets culturels et restes humains issus de la période coloniale; – de se pencher sur les voies, moyens et formes de restitution; – de rédiger des lignes de conduite « décolonisation » disponibles pour les acteurs qui souhaitent organiser un processus de décolonisation culturelle de leur institution;

2) auprès du Gouvernement de la Fédération WallonieBruxelles afin qu’il mette en place un groupe d’experts composé d’acteurs belges, d’acteurs d’anciens pays colonisés et d’acteurs de la diaspora africaine présente en Belgique. Ce groupe d’experts aura pour mission de se pencher sur : – l’élaboration d’un dossier pédagogique mettant en lumière la problématique des objets culturels et des restes humains mal acquis; – la problématique de la détention de restes humains coloniaux dans des institutions académiques et culturelles.

Julie de GROOTE Simone SUSSKIND Serge de PATOUL Gaëtan VAN GOIDSENHOVEN Zoé GENOT

COMING SOON !