Meet Fofonin Appolinaire, Minister of Education

Meet Fofonin Appolinaire, Minister of Education

-M. le Ministre de l’Education, pourriez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Fofonin Appolinaire Houegbeadan, de nationalité béninoise. Actuellement, je réside à Moscou. Je suis économiste de formation, spécialisé en finances et crédit, management en Agro-business. Je suis docteur et enseignant-chercheur. Je suis par ailleurs président de l’Association des étudiants étrangers à Moscou, directeur de l’Appareil Central de l’Association des étudiants étrangers en Fédération de Russie, Vice-Président du Haut Conseil des béninois de l’Extérieur section Russie (HCBE-Section Russie) et Vqice-Président du Centre pour le Développement des Affaires et la coopération avec la Russie

–Quelle est votre vision du panafricanisme?

L’Afrique est une Grande Puissance Economique dans l’obscurité.  Mais si toutes les filles et tous fils africains s’entendent et parlent d’une seule et même voix, pour développer l’Afrique ensemble, alors nous entrerons dans la lumière.

–Quel est votre personnage préféré dans l’histoire panafricaine, et pourquoi ?

Amilcar Cabral est mon préféré, car il a su me convaincre avec sa théorie révolutionnaire, que la seule arme pour libérer l’Afrique des dominations occidentales et la développer réellement est l’union des Africains dans l’harmonie et la compréhension, quels que soient nos rangs socio-économiques.

–Compte tenu des évolutions technologiques et des politiques d’investissements, comme voyez-vous le futur de l’Afrique et de la Diaspora ?

Elle deviendra plutôt un continent démocratique, de paix, de compréhension, d’amour, d’entraide, de non trahison. Donc une Afrique puissante sur tous les plans. Dans ces conditions, je parie que la diaspora ne sera pas en marge de ce changement. Non seulement elle sera à l’origine de la transformation radicale des structures économiques, sociales et culturelles du continent, mais elle sera aussi sollicitée pour favoriser cet épanouissement de l’Afrique et des Africains. La diaspora sera toujours présente pour contribuer au maintien de la souveraineté africaine, la vraie, en combattant fermement avec des techniques stratégiques psychologiques les Africains qui choisiront toujours de s’allier au colonialisme. Cela canalisera enfin une culture continentale libérée de tout facteur de stagnation venant de l’extérieur ou de l’intérieur. Ainsi donc les Africains eux-mêmes pourront décider librement de leur propre destinée.

– Que pensez-vous faire à l’avenir pour l’Etat de la Diaspora Africaine ?

Je tiens fermement à contribuer à la réussite parfaite des missions de l’Etat de la Diaspora Africaine. Je mettrai au service de cet Etat ma modeste expérience de stratégies de développement. Je proposerai des idées, des projets de développement de l’Afrique non seulement sur le plan éducatif, qui définit ma fonction dans le gouvernement, mais aussi sur le plan économique, social et culturel. Ce qui veut dire que je suis tout prêt à partager des idées constructives des autres domaines de développement avec mes collègues tout en les soumettant d’abord à l’appréciation de Monsieur Le Premier Ministre. Pour ma part, nous constituons une équipe dévouée pour la victoire dans un esprit collectif.